CONFÉRENCE PROPOSÉE

Aux sources du Christianisme Primitif

Une idée fausse, laisserait à penser que le Christianisme ne posséderait pas d’enseignements secrets. Que tout a été dit dans les textes, et que toutes les écritures peuvent s’enseigner ainsi au plus grand nombre, qu’elles sont facilement accessibles par leur simplicité, donc en un mot : abordables par tous. Il est vrai que même si le message peut se résumer par « aimez-vous les uns, les autres », il n’en demeure pas moins vrai que, comme toutes les grandes religions, le Christianisme a possédé à la fois un enseignement exotérique et un enseignement ésotérique ou « caché » comme le mentionnent d’ailleurs plusieurs Pères de l’Eglise.

Rien dans les écrits ne pouvait nous parvenir que sous forme d’allusions ou par le biais de paraboles. La  gnose, elle, étant préservée au sein des cercles initiatiques par transmission orale : « Je dis mes mystères à ceux qui sont dignes de mes mystères » (Evangile de Thomas.62). De même, Clément d’Alexandrie mentionne lui aussi cette division : « A la purification succèdent les mystères mineurs. Ils constituent une base d’instruction pour le degré suivant ; puis les grands mystères dans lesquels il ne reste rien à apprendre sur l’Univers mais seulement à contempler et à comprendre sur la Nature et les choses ». (Stromates -V-Chap XI).

© 2018 Jean IOZIA - Tous droits réservés • Conception by Alcréagraph