Les Deux Prométhée de Jean Delville


Je suis très heureux de vous annoncer la sortie de l'ouvrage, Les Deux Prométhée de Jean Delville, en ma qualité de co-auteur, en compagnie de Daniel Gueguen et Sébastien Clerbois, chez Lienart Editions


Le mythe de Prométhée… Entre les sources orientales, sumériennes et grecques, on s’y perd. La cosmogonie védique ou les mythes mésopotamiens se laissent difficilement percer. Et que dire des variantes grecques, entre Hésiode, Eschyle et les fables d’Ésope… À l’ère moderne, Prométhée a inspiré maints littérateurs, d’Edgar Quinet à Péladan en passant par Shelley et André Gide, sans qu’il soit pour autant plus facile d’y retrouver son chemin.

Par chance, Jean Delville a pris soin de résumer, en quelques lignes, sa propre conception du mythe. Dans le catalogue raisonné manuscrit qu’il a rédigé en 1940-1941, il écrit, au sujet de sa toile : « Conception nouvelle de la figure prométhéenne. Le feu qui, selon le mythe, est dérobé au Ciel, n’est pas le feu physique, mais celui de l’Intelligence dans l’Homme, symbolisée par l’étoile à cinq pointes. Conception ésotérique et symbolique de l’évolution mentale humaine à laquelle j’ai donné un caractère nettement pictural et plastique… »


Son Prométhée se présente ainsi comme une variante théosophique du mythe et c’est ce que cet ouvrage richement illustré s’attache à commenter. Après la présentation par Daniel Guéguen d’un Jean Delville martiniste, franc-maçon et théosophe, et les liens entretenus avec Péladan ou Krishnamurti, Sébastien Clerbois consacre un essai aux deux Prométhée de l’artiste – l’huile sur toile de 1907 et le dessin venant illustrer la couverture de la partition de Prométhée, ou le Poème du Feu d’Alexandre Scriabine – et Jean Iozia-Marietti s’intéresse à la vision singulière du mythe de Delville, pour en livrer une analyse théosophique.




Sébastien Clerbois, archéologue et historien d’art, est professeur à l’Université Libre de Bruxelles et codirecteur du Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine. Ses recherches portent notamment sur l’influence de l’ésotérisme sur les arts plastiques. Il est l’auteur de L’ésotérisme et le symbolisme belge, de Jean-Jacques Gailliard, peintre swedenborgien et de Arthur Craco, maître de l’Art nouveau.

Daniel Guéguen est un chercheur indépendant, membre de l’European Society for the Study of Western Esotericism et collectionneur, auteur d’études sur la relation entre l’ésotérisme et l’art à la période fin-de-siècle et d’un ouvrage sur Jean Delville (Jean Delville, la contre-histoire). Créateur de L’Atelier symboliste et cofondateur du Cercle Péladan avec la BnF.

Jean Iozia-Marietti, diplômé de l’École Pratique des Hautes Études, étudie depuis de nombreuses années l’histoire des sociétés initiatiques et leurs interactions avec les grands domaines de la société contemporaine notamment aux XIXe et XXe siècles. Il est l’auteur de Jinarajadasa, Théosophe, Franc-Maçon et Bouddhiste, et co-auteur de Les Femmes mystiques, histoire et dictionnaire.

  • COÉDITEUR L'Atelier Symboliste

  • PARUTION Mise en vente le 4 mars 2021. 24 x 28 cm, 88 pages, 70 illustrations, cartonné, toilé 25 € – ISBN : 978-2-35906-338-7

https://lienart2.wixsite.com/lienarteditions/product-page/les-deux-prom%C3%A9th%C3%A9e-de-jean-delville

83 vues0 commentaire
© 2018 Jean IOZIA - Tous droits réservés • Conception by Alcréagraph